In the Same Ship

Solo de danse & science-fiction
Avec l'aide de Mythym Project - Claudia Reig Martin & Santi Bernardi

L’éclaireuse 36-DL envoyée en mission d’exploration, partie chercher des informations importantes pour l’être humain, se retrouve évaporée de la surface terrestre, aspirée dans un Triangle des Bermudes inconnu. Longtemps après, elle réapparait au milieu d’un marécage, les pieds dans l’eau, l’air endormi, là où son cocon-capsule l’a déposée. Elle titube au premier coup d’œil, essaie de piloter son corps comme elle a su le faire avant. Mais ça ne fonctionne plus pareil, ça dysfonctionne, ça cherche comment marcher. Du liquide amniotic-océanique originel partout dans son corps-algue fait affluer du sang bleu dans ses veines. Eau de la mare qui se mélange aux os de son corps, eaux de son corps qui deviennent affluents d’eau de mare...

"Trouvez-moi un puits, une pluie, une gourde de survie, Les coordonnées GPS de mon dernier vol,
J'y ai égaré ma capsule-astrale.
SOS, perdu le reste de mon équipe.
Vous me recevez ?"

L'Eclaireuse égarée parvient à établir un système un peu rôdé de mouvements malhabiles et de mots dans le désordre. Revenue humaine alguée et tentaculaire, ADN modifié, elle cherche la bonne fréquence pour émettre. Elle essaie de raconter le vu et le vécu là-bas, ailleurs et au- dedans d'elle. "Ici", "avant", "amnésie", "mémoire collective" : elle conte ce qu’on n’ose pas imaginer mais qui est là quand même, partout, tout le temps. D’ailleurs ce n'est pas elle qui s’exprime, ça s’exprime à travers elle : ça "canal de communication" par elle, ça "portes étranges invisibles ouvertes" à travers elle, et ça souffle par celles-ci un récit oublié, universel.

Ne serions-nous pas tous dans le même bâteau ?

Création et interprétation
Camille Guillaume

Aide à l'écriture et à la création

Margot Cazaux-Ribère

Création lumière

Alice Vogt

 

Partenaires : 

 

logo-cdq-anne.png
© Laurent Girardeau
© Joe Hogan

Collectif Orobanches, Bordeaux, France - orobanchesrameuses@gmail.com  

© 2018  -   © graphisme Mathilde Prévost